jeudi 29 septembre 2016

MARY HOOPER : Waterloo Necropolis

Traduction : Fanny Ladd et Patricia Duez

The Unborn (1940)


Londres, 1861. Grace Parkes, presque 16 ans, vient d 'accoucher d 'un enfant mort-né. Afin de lui donner une sépulture décente, la jeune fille embarque à bord de  l'express funéraire Necropolis, en direction du cimetière de Brockwood.

Elle fera là-bas une rencontre décisive en la personne de Mr et Mrs Unwin, propriétaires d une des plus grandes entreprises

de pompes funèbres de la capitale, qui lui proposent de l employer comme pleureuse d enterrement.
Un roman jeunesse à la dickens charmant, j'ai bien aimé ce court roman avant tout car il est original. Mary Hooper dépeint les deux soeurs, Lily et Grace avec beaucoup de tendresse.
Mary Hooper parvient à recréer un Londres Victorien convainquant, c'est un excellent roman jeunesse  très agréable à lire 



En complément voir le billet de Mrs Figg

BERLIE DOHERTY : L'oiseau d'or




Traduit par Marie Aubelle
Les illustrations sont de John Lawrence


David bégaye, il s'enferme dans sa coquille : depuis la mort de son père, depuis le jour où il a cessé d'être heureux, il est devenu presque invisible. Son instituteur lui propose de jouer le rôle de l'oiseau d'or dans la pièce de théâtre qu'il a écrite pour l'école. David accepte…


Voilà, un très beau petit roman roman jeunesse (à partir de 8 ans). Berlie Doherty démontre que le théâtre est un excellent mode d'expression pour s'exprimer. Grâce au théâtre David retrouve le goût de vivre.  Son instituteur a eu la bonne idée de lui donner la chance d'interpréter le rôle d'un oiseau. L'oiseau symbolise l'envol, pour David s'est une opportunité pour lui de prendre son envol et voir l'avenir avec plus d'assurance. 

mardi 27 septembre 2016

SIGRID BAFFERT : La fille qui avait deux ombres

Pendant mes vacances, j'ai lu ce très beau roman jeunesse. 
Chaque matin, au réveil, Élisa s'attend à retrouver la maison à l'envers, les meubles déplacés, les placards chahutés ou encore la baignoire remplie à ras bord, comme c'est arrivé la nuit dernière. Pour Élisa, c'est sa grand-mère Rose qui est responsable de ce grand bazar. Car Rose fait des choses absurdes depuis quelque temps, comme ce rendez-vous pris chez un chirurgien esthétique pour changer de tête. À son âge ! Est-ce qu'elle ne serait pas plutôt en train de la perdre ? Obsédée par cette idée, Élisa se met à faire des rêves étranges, à ressentir des sensations bizarres. Elle est hantée par une ombre. Une ombre de trop. Alors, qui est la plus perturbée dans cette histoire, Rose ou Élisa ? Il est question de secret de famille entre les génération.   Élisa avec sa famille va se rendre en Sicile pour pouvoir percer ce secret. 
" - Une femme mauvaise et bornée qui n'a vécu que pour interdire et juger. Je l'appelais "le dragon". Même morte, ma mère me  poursuit jusque dans les miroirs Élisa . Aujourd'hui quand je contemple mon reflet, je m'aperçois qu'avec les années j'ai fini par lui ressembler. Alors cette idée m'est insupportable, j'ai envie de m'arracher la peau." L'ambiance est tendu, c'est un roman jeunesse qui est difficile de lâcher. Une réussite ! 
Complément le site de l'auteur 

JONATHAN COE: Le miroir brisé

Traduit par Josée Kamoun

Les illustrations sont de  Chiara Coccorese sont un peu kitsch. 
"Alors voilà comment il marche le monde"
 Claire, un été, en déambulant dans la décharge, au milieu des détritus ce jour-là elle découvre un objet étrange, fragment de miroir. Elle s'aperçoit vite qu'il reflète un monde bien plus beau qu'il ne l'est dans la réalité.
Elle préfère s'abstraire de ce monde sans couleurs en regardant celui que lui offre le reflet de son miroir.
Puis, elle va  apprend à grandir, à aller vers les autres. 
J'ai trouvé ce petit roman jeunesse décevant. Il n'a rien d'original, oui cette lecture fut une déception, alors que j'aime beaucoup Jonathan Coe comme auteur.

DODIE SMITH Le château de Cassandra

Traduit par Anne Krief

Un livre sur le passage à l'âge adulte, écrit par l'anglaise Dodie Smith (1896-1990), dont tout le monde connaît l'histoire des 101 Dalmatiens.

Ce roman est le journal intime de Cassadra, fille cadette d'un écrivain. Sa famille loue un vieux château qu'ils ne peuvent plus meubler ni entretenir, et encore moins payer le loyer. Cassandra tient  un journal où elle évoque leur quotidien. Puis, arrive comme par miracle, deux jeunes riches héritiers.

 Cassandra est une jeune fille attachante. C'est un roman charmant et puis un grand plaisir de lecture, accompagné de passages cocasses entre autre un bain de minuit dans les douves du château. Puis, une réflexion intéressante sur la création. 

MICHELLE MAGORIAN : Bonne nuit, M. Tom !

Traduit par Janine Hérisson
Tome 1

  J'ai été intéressé par ce roman car il se situe durant la deuxième guerre mondiale et il parle de l'enfance, deux sujets qui m'intéressent. 
Au début de la Seconde Guerre mondiale, les enfants de la banlieue de Londres sont évacués à la campagne. Tom Oakley recueille ainsi William Beech, un enfant craintif. Grâce aux soins et à l'affection de Tom, mais aussi à l'amitié de Zach, un jeune garçon, réfugié lui aussi, Willie reprend des forces et s'épanouit, tandis que le vieil homme devient plus sociable.
Un roman bouleversant devenu un classique. C'est vraiment par hasard que je suis tombée sur ce livre. Je ne connaissais pas du tout que cela soit le titre ou le nom de l'auteur.





Tome 2

Réfugié chez M. Tom, où il s'est fait de nombreux amis et a découvert le bonheur, il s'est épanouie à merveille. La campagne lui a fait beaucoup de bien. Le bonheur est de courte durée,  William doit retourner à Londres où l'attend sa mère. Ce deuxième tome est dans la même veine que le premier. 
Le début est plutôt violent. La révolte se trouve chez le lecteur. En tant que lectrice, j'ai tremblé pour ce pauvre Willie. Heureusement que M. Tom a un grand cœur est sera à nouveau présent dans la vie de Willie. 

C'est vraiment une délicieuse découverte cette mini-série Bonne nuit Monsieur Tom ! Tout comme l'adaptation de 
1998, avec John Thaw et Nick Robinson, réalisée pour la chaîne anglaise ITV


AHARON APPELFELD : Adam et Thomas


Traduction Valérie Zenatti

La guerre  est présente. Les rafles se succèdent. Deux enfants se retrouvent seuls dans la forêt . Ils se construisent un nid en haut d'un arbre pour se cacher. Ils  se nourrissent de fruits et des sandwichs que leurs mères leur ont donnés.  Mais elles ne reviennent pas. Les enfants  survivent  jour après jour, grâce à ce qu'ils trouvent dans la forêt mais aussi une enfant chétive Mina, courageuse leurs apporte de quoi manger. Adam est un fils de la campagne, il est agile, habile de ses mains contrairement à Thomas. Il  est un enfant de la ville, myope. Thomas et Adam sont deux enfants extrêmement courageux, ils savent surmonter leur peur. 
Aharon Appelfeld s'est inspiré de son histoire personnelle. Il a bien connu la vie dans la forêt durant la guerre. Il a connu aussi la peur, la faim, l'amitié, le courage comme Adam et Thomas. Le style de ce roman dédié à la jeunesse  a la beauté d'un conte classique, la forês : le merveilleux et la peur se côtoient.  Les illustrations  de ­Philippe Dumas sont tout simplement sublimes. 

En lisant ce roman j'ai pensé à c'est " Moi Fifi" de Grégoire Solotareff ( l'histoire d'un petit garçon de six ans et demi, se retrouve tout seul dans une forêt. Et il va faire des rencontres merveilleuses. Il rencontre l' écureuil Raphaël qui va devenir son ami, ensemble ils vont organiser une petite réception et inviter les autres animaux de la forêt : Monsieur et Madame Grenouille, Didi Souris, Emmanuel Lapin, Monsieur Hibou et Thomas le renard etc...) mais aussi à " Soudain la forêt dans les contes" d'Amos OZ.

DENIS LACHAUD : Le rayon fille

"Nous, les enfants nous sommes complètement dépendants des variations d'humeur de nos parents. Il faut apprendre à les prévoir, à las détecter. Et quand il faut rester zen, nous restons zen grâce à toute la patience que la vie nous a donnée."
Tina est une petite fille qui se pose beaucoup de questions. Sur la face cachée des gens. Pourquoi faut-il cacher des choses que l'on pense et en dire d'autres qu'on ne pense pas ? Elle évoque de nombreux questionnement sur la vie, sur son quotidienne. 
Coup de cœur pour la couverture à la fois fraîche et glamour ! Le Rayon fille est une très bon premier petit roman  pour des enfants qui se reconnaîtront sous les traits de cette fille moderne. Le petit plus, l'écriture est simple et fluide. Je trouve que la quatrième de couverture ne correspond pas selon moi à l'histoire de Denis Lachaud.  Car il est question d'autres choses que de karaté et d'amour pour un garçon de son âge. 

tous les livres sur Babelio.com

dimanche 25 septembre 2016

MARY POPPINS de PAMELA L.TRAVERS

Pamela L.Travers est une romancière, actrice et journaliste australienne née le 9 août 1899 à Maryborough et décédé à Londres le 23 avril 19961. Elle est principalement connue comme créatrice du personnage de Mary Poppins, héroïne d'une série de romans pour la jeunesse, adaptée à plusieurs reprises, notamment au cinéma en 1964 avec Julie Andrews.

À Londres, quatre enfants Banks, Jane, Michael et les jumeaux John et Barbara, ont besoin d'une gouvernante. Katie. Voilà, arrive une drôle de jeune femme qui, accrochée au manche de son parapluie, semble suspendue dans l'air... Amenée par le vent d’Est, Mary Poppins monte l’escalier assise sur la rampe, tire quantité d’objets d’un sac de voyage vide et administre des cuillerées de sirop dont la couleur et le goût s'adaptent à leur destinataire… " Alors la forme s'agita et se courba sous le vent, souleva le loquet de la porte, et ils purent voir quelle appartenait à une femme qui d'une main, tenait son chapeau et, de l'autre, portait un sac."
Traduit par Léo Lack

Mary Poppins est une femme qui sort d'où on ne sait, une femme mystérieuse et très secrète. La fantaisie, le merveilleux sont au rendez-vous "Au pays des fées",elle leur fait découvrir  aux enfants la boussole qui emporte pour un fabuleux tour du monde, la vache rouge qui danse la gigue, le  zoo la nuit (le passage qui a su me séduire.  Les enfants adorent sortir en compagnie de Mary Poppins car chaque sortie prend des allures de fête. 
Mais Mary Poppins est une gouvernante, elle
sait se faire obéir des enfants d'un simple regard. 




Invitation chez l'oncle
de Mary Poppins M. Perruque





Pendant les fêtes de fin d'année je me suis plongée dans Mary Poppins. Le personnage de la gouvernante est très populaire grâce à l'adaptation cinématographique avec Julie Andrews. Je dois reconnaître qu'à ma lecture, j'ai eu du mal à oublier le visage de la charmante Julie Andrews. Je fus surprise par sa construction, où chaque chapitre est une nouvelle aventure. Je me suis un peu ennuyée à la lecture. Le roman me semble t-il n'a pas la fraîcheur du film. 

BEATRICE NICODEME : Wiggins chez les Johnnies

Le jeune ami Wiggins, aide occasionnel de Sherlock Holmes. En temps normal il  vend pas des journaux à la criée à Londres. Wiggins vit seul à Whitechapel. 
Un matin, alors qu’il vient de se réveiller, il entend du bruit derrière la porte. Il découvre sur le palier, non sans étonnement, une bouteille de lait. Il découvre dans ce flacon un bout de papier qui l’intrigue. Son ami Sherlock Holmes a besoin de lui, cela l'intrigue. Wiggins doit se rendre au Sanglier, un pub. Ni une ni deux, Wiggins se rend sur place car il pense que Sherlock Holmes est en difficulté. Il va faire connaissance d'un jeune français Louis vendeur de chapelets d’oignons de Roscoff. Louis est ce que les Anglais appellent un Johnnie.  

Un agréable policier jeunesse, tout à fait plaisant à lire !  Avec Wiggins, le jeune lecteur se trouve plonger dans une ambiance londonienne du XIXième siècle.  Complément voir chez Cécile où l'on trouve des informations concernant les Johnnie. 
Londres est présent dans ce petit roman policier jeunesse. 



NORMA HUIDOBRO : Un secret à la fenêtre

Traduit par Myriam Amfreville

 Manuel un jeune orphelin  vit avec sa grande sœur et son petit ami Lucas. Le week-end, il donne un coup de main à la pizzeria du coin de la rue. Il  fait connaissance Don Mauricio. Avec lui, il découvre la philatélie, et la valeur de certains timbres. Don Mauricio en possède d’ailleurs un très rare, qu’il réserve comme héritage pour sa petite fille. Hélas un drame arrive,  Mauricio s'est  suicidé, tout le monde en est sûr.  Manuel est persuadé qu’il s’agit d’un crime. Personne ne veut le croire et il va devoir mener l’enquête seul.
Un roman jeunesse très attachant, accompagné de sa petite enquête policière. J'ai été conquise !

Complèment le billet de Marie 

samedi 24 septembre 2016

JULIA BILLET : La guerre de catherine

 «Pingouin t'a donné le rôle de photographe de la Maison : tu n'y dérogeras pas donc pas.  Tu pars ? Fais des photos, collecte des images et rapporte-nous tout cela à la fin de la guerre. Nous en aurons besoin. À toi de fixer les moments importants de l'Histoire." 
La  maison de Sèvres est dirigée par un couple  Pingouin et Goéland, cette école est un peu particulière car elle dispense une éducation plus libre. Les lois contre les Juifs se sont intensifiées, les rafles sont plus fréquentes :  il y a urgence. Rachel doit devenir Catherine et tout oublier : sa famille, sa religion, ses amis et l'école, pour ne pas se trahir ni trahir les personnes qui la protègent. Puis , elle doit partir en zone libre, armée de son Rolleiflex, elle s'enfuit et transitera dans différents lieux, différentes familles. Elle rencontrera sur son chemin des moments durs, douloureux mais aussi des moments magiques, de belles rencontres plein d'émotion.  Elle a le don de saisir la vérité des enfants et des adultes qu'elle photographie. Par exemple en proposant à prendre en photo un couple de fermier et leurs enfants.

Gros coup de cœur pour ce roman magnifique remplit de vie et de courage poignant, une écriture plein de vivacité ! J'ai dévoré à pleine dent ce joli roman émouvant, chaque fois que je tournais une page je tremplais pour Catherine de peur qu'il lui arrive un malheur. Etant une passionnée  de photographie et ayant fait de la photo en labo. J'ai bien su compris toute la joie de Catherine de se retrouver dans un labo et à passer des heures !
Ce roman témoignage s'inspire d'une histoire vraie  : à travers l'histoire de Catherine, Julia Billet raconte l'histoire de sa propre mère, Tamo Cohen, voir ces photo sur la Maison des enfants de Sèvres

WILLIAM IRISH : Une incroyable histoire

Traduit par Maurice-bernard Endrèbe

Par une nuit étouffante en été  à New York, "Buddy" ,  assiste à un assassinat : ses voisins viennent en effet de tuer un homme. 
La vision du jeune héros est souvent limitée (des rideaux, une couverture...). Il veut  raconter à son père,  ce qu'il a vu.  Buddy a l’habitude d’inventer des histoire et le père est très en colère  l’enferme dans sa chambre. Il se sauve par l’escalier de secours pour prévenir la police. Le commissaire ne le croit pas, mais envoie tout de même un détective privé enquêter. Le privé ne trouve rien et Buddy est ramené chez lui par la police, sous les yeux de la voisine. La nuit suivante, alors que le père de Buddy l’a enfermé dans sa chambre avant de partir au travail, il est débusqué par les voisins. Une course-poursuite s’engage alors, qui se termine bien mal pour les malfrats. Le roman à suspense, écrit par l’un des maîtres du genre. Un bon petit roman policier jeunesse qui tient en haleine son lecteur. Quelle histoire tout de même incroyable dans la vie de  "Buddy" du haut de ses douze ans !
Adaptation au cinéma réalisé par Ted Tetzlaff et sorti en 1949. Personnellement je n'ai pas vu le film. Mais l'on peut voir ici quelques extraits

ANNE PERCIN : L'âge d'ange

Après avoir lu l'année dernière " Le premier été", j'ai voulu découvrir ce roman jeunesse à l'école des loisirs dans la collection Medium. Roman qui s'adresse à des adolescents. 

"Longtemps, je n'ai pas su. J'étais un ange peut-ête. Un ange qui attend la chute." Tadeusz un jeune garçon de dix-sept ans, d'origine polonaise, va au Gymnasium, le lycée de la ville haute. Personne ne  connaît vraiment Tadeuz. Il est étrange, bizarre, solitaire, d’ailleurs. Il se noie dans les pages des livres, au point d’en oublier les autres et son propre corps. " Ma vie était à l'intérieur des livres. " Il pense, dort, rêve en grec, sa matière préférée. Une passion qui s’incarne dans " Amours des dieux et des héros" le livre le plus précieux de la bibliothèque du lycée. Un jour, cette raison d’être disparaît des rayonnages. À son retour, le livre n’est plus le même, avec, entre ses pages, les traces d’un autre.  " De plus, sa position sociale s'accommodait mal de mes nouvelles opinions. Chaque fois que je tentais de lui opposer mes idées, il les balayait d'un gros rire péremptoire. Mes idées ? Des agitations, adolescentes, les séquelles d'influences malsaines, oui  ! Mes convictions ? Le résultat d'un point de vue naïf infantile. "
Le sujet de ce roman est la violence celle des corps et celle de la société.
Un livre au goût étrange qui est le narrateur un garçon ou une fille, l'auteur lui même qui espionne Tadeuz ? Roman brulant, scotchant magnifique une grande force ce dégage de ce roman, en un mot un roman touchant, humaniste.  Un livre essentiel qui ne s'adresse pas forcément qu'aux adolescents mais aussi aux adules, un livre à fleur de peau. 

En complément le billet à lire le billet ICB. Exactement comme ICB, le prénom de Tadeuz m'a fait penser au jeune garçon polonais de Mort à Venise. 

LEON GARFIELD : La montre en or

Illustré par Jame's Prunier
Traduit par Noël Chassériau



Deux jeunes enfants d'une dizaine d'années Nick et Jubilée  errent dans les bas fond de Londres. Ils sont orphelins d'origine irlandaise. Le jeune Nick a qu'une seule préoccupation c'est celle de marier sa sœur.  Ils apprennent un soir qu'un homme a volé la montre en or de Tuyau-de-Poêle.  Cinquante livres de récompense à qui la rapportera! L'avis, placardé dans la Cour du Diable, à Londres, laisse le jeune Nick rêveur.  Avec cinquante livres, il pourrait offrir un mari à sa sœur Jubilé.  Les deux petits orphelins font alors la connaissance de Smudgeon, qui les convainc de s'inscrire dans son école… Et aussi, ils sont à la recherche d'un père.« J'arrête pas de te répéter que notre papa c'était un colosse grand comme une église » Commence alors, dans les bas-fonds de Londres, une incroyable aventure dont leur papa d’occasion, Vieux-Perroquet est  un homme au grand cœur.  C'est une formidablement  histoire attachante, en un mot 

un très joli roman jeunesse captivant, on retrouve l'univers de Dickens mais aussi de Malika Ferjouck avec Minuit-Cinq et Aggie change de vie. 

vendredi 23 septembre 2016

ALEXIS LECAYE : La bergère qui mangeait ses moutons



Une bergère qui ne garde pas les moutons elle les mange. Évidemment c'est drôle !!!!!! Jubilatoire Puis arrive le loup, il est à mourir de rire (lunette noire, tee shirt de rappeur très drôle. Les moutons tremblent de peur : " Un loup !" s'écrièrent les moutons. " Comme si ça ne suffisait pas d'avoir une bergère qui nous mange ! "
D'après vous ce loup il mange quoi, qui ...

Excellent ! et très drôle ! Vraiment génial.
C'est remplit de fantaisie.


BCD COLOMBIER

jeudi 22 septembre 2016

Grégoire Solotareff et Nadja : Le Petit Chaperon Vert et le chien qui disait non

Collaboration entre le frère et la sœur. 


Nadja s'occupe de l'illustration et Grégoire de l'histoire. Il s'amuser à détourner la célèbre histoire du Petit Chaperon Rouge. Le petit Chaperon Vert est une gentille fille, très courageuse et sympathique. Le Petit Chaperon Rouge est une véritable peste et une menteuse en plus. Le Petit Chaperon Vert et le Rouge sont ennemis elles ne s’aiment pas du tout du tout. Bien sûr dans ce livre il est question de loup qui rode. Un livre très plaisant à lire à haute voix, c'est bourré d'humour.Petit livre pour les enfants qui aiment lire tout seuls sur la notion du bien et du mal. "Le Petit Chaperon Vert retourna courageusement dans le bois bien que la nuit fût sur le point de tomber et qu'elle détestât le Petit Chaperon Rouge.





Le chien qui disait non

Benjamin a envie d’un chien comme animal de compagnie.Petite histoire touchante. C’est pas facile d’être ami avec un chien.
Ce chien sait dire que Non, problème de communication qui rend triste et malheureux Benjamin.
Ce petit livre fait comprendre à l’enfant qui peut lire ce livre tout seuls . Et, à travers cette petite histoire il apparent ce qui est juste et pas juste : la justice la vérité, la souffrance et surtout le respect de l'Autre. C'est une réflexion sur la vie de famille.
Le chien qui disait non est un livre touchant.
En tout cas, cette collaboration entre frère et sœur est réussie.

CHRIS DONNER : Mon dernier livres pour enfants


Collection Neuf - école des loisirs

Nous retrouvons Henri et ses parents son ami Denise qui se moquait de la nouvelle voiture de Papa. Mais le papa d'Henri est en panne d'écriture pour enfant. Amusant le clin d'œil à son éditrice Geneviève Brisac : " - Je vais demander à madame Brisenoisette, mon éditrice, de me trouver un boulot. Elle connaît sûrement quelque chose pour moi, je ne sais pas, magasinier, ou livreur, un travail purement manuel."Ce papa est un peu déprimé. Il va être gardien de musée et cela inquiète son fils Henri. Henri n'a qu'un rêve de partir en Afrique avec Denise, et ses amis entre autre Albouri , Maurice ... Est ce qu'ils partiront en Afrique ? Est ce que Denise passera l'épreuve du rat ?
Surtout pour redonner envie à son cher Papa d'écrire c'est un livre drôle et bourré d'humour, c'est drôle !!! avec beaucoup de suspense.
Et j'aime bien cette phrase : "Écrire des livres est un des métiers les plus dangereux , peut-être le plus dangereux du monde" Donc c'est un petit roman de jeunesse qui parle des livres et d'aventure extraordinaire.


mercredi 21 septembre 2016

COLAS GUTMAN : ROSE

"Quelques médecins m'ont rendu visite dans ma chambre : des pédiatres, des psychologues et des orthophonistes. Ils sont tous arrivés à la même conclusion : j'étais une petite fille très intelligente et très émotive avec un énorme défaut de langage."
Voici un petit roman jeunesse très sympathique à l'image de Rose. Pas facile d'avoir la langue qui fourche, de penser une chose et l'exprimer autrement. Dans sa bouche, les grandes personnes deviennent lampadaires, les bisous des ventouses et les chats des moustaches à cul. Rose a un énorme défaut de langage. Avec ce défaut Rose s'en tire bien, elle n'a pas sa langue dans sa poche, il faut bien le dire. L'on devine bien un certain  malaise chez cette petite Rose même si elle ne se laisse pas faire. Un petit roman délicat qui s'adresse à tous les enfants qui rencontrent des problèmes de langage. 
Un très joli petit roman jeunesse, très attachant !

SOPHIE CHÉRER : La seule amie du roi

Ce roman se déroule sous la révolution Française, le 14 juillet 1789, la prise de la Bastille par le peuple. Le 10 août 1792, le palais des Tuileries fut assailli par des milliers de Parisiens échauffés par Danton, Robespierre et les autres chef de l'insurrection, armés de piques, de lances, de fusils.

" Je me souviens du 13 août 1792 comme de l'un des plus beaux jours de ma vie. Je tenais la mains de ma mère, au milieu de la foule qui se pressait sur le trajet de la famille royale. On les emmenait au Temple en voiture." "Le Temple est un petit quartier de Paris entièrement fermé par une enceinte et qui comprenait un petit château, toute une série de maisons et deux vieilles tours au toit pointu, et une grosse et une petite, qui dataient du Moyen Âge."

 Angèle  se souvient de son amitié avec Louis XVII, le dauphin le fils de Louis XVI et de Marie Antoinette. " C'était la première fois que je voyais Louis. Il avait sept ans et demi, j'en avais neuf. Il était le futur roi de France, et moi la fille aînée d'un gendarme et d'une lingère."
Les parents d'Angèle sont au service du roi et de la reine pour les surveiller et les servir. Sa mère étant blanchisseuse et son père gendarme aux idées révolutionnaires. C'est son père qui évoque l'idée de faire venir Angèle pour qu'elle devienne l'amie du dauphin. " - Si, il était fier comme doit l'être un futur roi, mais il était gracieux, enjoué, rayonnant, malgré ses malheurs. Il se conduisait avec beaucoup de naturel. Il était affectueux et très bavard."  
Décembre 1792, le roi Louis XVI fut séparé des sien, par la suite en 1793 se fut la guillotine. 
Et alors Louis XVII est proclamé comme étant  le roi de France. Sa mère Marie Antoinette va être condamnée à mort. "C'était le 16 octobre. Nous partîmes toutes les deux à pied pour la Conciergerie, la prison où elle avait été transférée."
Les derniers jours du petit Louis sont dramatiques. 

Un excellent roman historique qui s'adresse à un lectorat jeunesse avant tout. Les enfants Angèle et Louis sont très attachants, à l'image de l'écriture de Sophie  Chérer.  Un roman jeunesse en tout cas qui donne très envie de lire le roman de Françoise Chandernagor : La Chambre. 

REN SAITO : Le zoo sans éléphant


Traduit par Jean Christan Bouvier 
Illustration par Ryuhei Kisamori

 "Le zoo sans éléphant" raconte d'abord l'histoire vraie de Tonki, l'éléphant du zoo de Ueno à Tôkyo, qui fut "condamné" à mourir de faim. Puis on voit comment, dans le Japon dévasté de l'après-guerre, des enfants s'organisent pour obtenir qu'on remplace leur éléphant. Et c'est l'histoire d'Indira, successeur de Tonki, offert par l'Inde six ans après la mort de celui-ci.


Un magnifique roman que je ne connaissais pas du tout que j'ai trouvé dans ma bibliothèque scolaire.  " Le zoo sans éléphant" est un classique  japonais passionnant. 

DANIEL PENNAC : L'Œil du loup


Dans un zoo, un enfant et un vieux loup borgne se fixent, œil dans l'œil. Toute la vie du loup défile au fond de son œil : une vie sauvage en Alaska, une espèce menacée par les hommes. 
L'œil de l'enfant raconte la vie d'un petit Africain qui a parcouru toute l'Afrique :  l'Afrique jaune, l'Afrique grise et l'Afrique verte. pour survivre, et qui possède un don précieux celui de conter des histoires qui font rire et rêver.

Un très beau roman jeunesse qui est très difficile de lâcher une fois commencé. Beaucoup d'humanité dans ce roman magnifique. 

DANIEL PENNAC : KAMO

En cette fin d'année je me suis régalée de la série de Daniel Pennac (je les ai tous lu sauf le premier) que je n'avais encore jamais lu. Un régal ! un enchantement. Kamo est un collégien débrouillard et drôle. Il est orphelin de père et vit  avec sa mère, Tatiana. Tous les deux sont très soudés. Le narrateur est son meilleur ami et ses parents se nomme Pope et Moune. Ses derniers accueillent à bras ouvert Kamo, ils sont pour lui comme une deuxième famille.  



Kamo et moi est le premier que j'ai lu. 

 Crastaing est un   prof de français de la vieille école.Il terrorise tout le monde même Pope le père du narrateur. el  Un jour, Crataing donne un sujet de rédaction  qui  est pas banal qui paralyse une classe entière. "Rédaction pour le lundi 16. Sujet : Vous vous réveillez un matin, et vous constatez que vous êtes transformé en adulte. Affolé, vous vous précipitez dans la chambre de vos parents : ils sont redevenus des enfants. Racontez la suite."
Dans cet opus de Daniel Pennac, Kamo est au second plan. C'est sur les trois que j'ai lu le moins bon à mon goût. Mais le sujet est judicieux. 



Kamo l' agence babel

Kamo n'est pas doué du tout en anglais. Et sa mère lui lance un défi d'apprendre l'anglais en trois mois. Voilà, petit à petit Kamo va devenir fou amoureux de la mystérieuse Cathy correspondance de l'agence Babel.
Se moque-t-elle de lui ? Kamo et son ami mènent l'enquête. " Kamon rédigea l'adresse de son écriture la plus sage (Catherine Earnshaw, Agence multilingue Babel, boîte postale 723, 75013 Paris), timbra et courut poster l'enveloppe dans la nuit."
Cette aventure est originale, de faire le lien avec un grand roman victorien "Les hauts du hurlevent" d'Emily Brontë.


L'évasion de Kamo
Tatiana la mère de Kamo est parti à la rencontre de ses ancêtres  " Ma mère de Kamo venait de partout. De Grèce par sa grand-mère, de Géorgie par son grand-père, d'Allemagne par son grand-père, d'Allemagne par son père (un coiffeur juif qui avait épousé la fille du Géorgien et de la Grecque et qui, dans les années quarante, avait dû fuir les persécutions du "dingue à moustaches gammées" comme disait Kamo. " Son arrière-grand-père qui s’appelait lui-même Kamo ce qui signifit fleur en russe« Pourquoi Kamo a t-il peur d’une simple bicyclette? ». Kamo séjourne chez son  copain. Kamo eut un grave accident et dut aller à l’hôpital. 
L'évasion de Kamo est le dernier de la série des aventures de Kamo. J'ai apprécié sa dimension romanesque et l'hommage que fait Pennac à la littérature Russe, c'est très réussit. L'écriture de Daniel Pennac est très plaisante à lire, les phrases glissent toutes seules. 

Une série délicieuse, les illustration sont de Jean Philippe Chabot

AUDREN : WILD GIRL

L'histoire se déroule au Montana, printemps 1867. La jeune Milly Burnett, 19 ans, débarque de son Massachussetts natal. Elle va  occuper un poste d’institutrice dans la petite ville de Tolstoy. Elle est éprise de liberté et de bonheur, c'est là deux mots très important pour elle.  La vie est âpre mais les liens se tissent vite, elle est accueillit chaleureusement. Mais lorsque notre jeune institutrice accepte d’accueillir un élève atypique, Joshua, 17 ans, marginalisé injustement par la petite communauté, les ennuis commencent…

Comment ne pas penser à la lecture la série de Laura Ingals Wilder qui a bercé mon enfance "la petite maison dans la prairie". Mais, à la lecture du roman d'Audren j'ai pensé à Gabrielle Roy avec son très beau recueil de nouvelles :
"Ces enfants de ma vie".  Ce roman jeunesse destiné aux adolescents est une petite merveille, un immense bonheur de lecture.

mardi 20 septembre 2016

JULES RENARD : POIL DE CAROTTE


Illustration par Olivier Desvaux
Poil de carotte est son surnom il se nomme en réalité François Lepic. C'est un enfant mal aimé par sa mère. Cette mère est vraiment odieuse avec lui, elle fait beaucoup penser à Folcoche dans Vipère au poing d'André Bazin. Heureusement qu'il a une complicité avec son père. " Les écrivains dont tu me parles étaient des hommes comme toi et moi. Ce qu'ils ont fait, tu peux le faire . Écris des livres, tu les liras ensuite." Poil de Carotte est un roman autobiographique, Jules Renard évoque sa propre enfance. La complicité avec son parrain est très touchante aussi. J'aime comment Poil de carotte définit la famille via la voix de l'auteur Jules Renard : "-Pour moi, dit-il, les titres de famille ne signifie rien. Ainsi, papa, tu sais comme je t'aime ! Or, je t'aime, non parce que tu es mon père ; je t'aime, parce que tu es mon ami. En effet, tu n'as aucun mérite à être mon père, mais je regarde ton amitié comme une haute faveur que tu ne me dois pas et que tu m'accordes généreusement."La construction de ce roman est composée de petites scènettes décrivant le quotidien. Pas étonnant d'ailleurs que ce roman fut adapté pour le théâtre. Personnellement je n'ai pas été totalement séduit par ce grand classique que je ne connaissait pas du tout que je découvre pour la première fois.
Poil de Carotte est dans la littérature jeunesse aussi connu que Fifi Brindacier pour la couleur des cheveux. La différence entre les deux c'est que Fifi est une petite fille explosive et Poil de carotte un enfant malheureux qui fait des bêtises, qui est maladroit pour attirer l'attention vers lui. Pour la forme et le style j'ai pensé aussi à la Comtesse de Ségur par exemple au Bon Petit Diable.

AUDREN : Mon sorcier bien-aîmé

C'est l'histoire d'Amazir  Casablanquette neuf ans, il est un peu sorcier comme le reste de sa famille, ses parents et son frère Robert. Il possède un balai magique il se nomme Virgile et une baguette magique aussi nommé Blop.
" Et tac ! Je fais mes devoirs en donnant un coup de baguette sur mon cartable. Et slic ! je range ma chambre en claquant des doigts, et pfffffft, je vais à l'école d'un coup de balai !"
Un petit livre jeunesse pétillant, très agréable à lire plein d'humour et de tendresse. Une belle découverte je ne connaissait pas encore la plume d'Audren. 

Pour en savoir plus sur Audren voir le site de l'école des loisirs. 

MARY HOOPER : VELVET

Traduit par Fanny Ladd et Patricia Duez

Après avoir été enchanté par ma lecture de Waterloo Necropolis, j'ai eu envie très vite de lire un autre de ses romans jeunesses.  Dans celui-ci  Mary Hooper s'intéresse aux scèances de spiritisme à  l'époque victorienne. 

 L'histoire se déroule à Londres,  en 1900, Velvet, une jeune orpheline travaille dans une blanchisserie pour survivre. Le travail très dur pour un salaire de misère et il est même épuisant.  Velvet assiste à une séance de spiritisme et trouve un nouvel emploi : femme de chambre de Madame Savoya, l'un des médiums les plus populaire de Londre. Velvet va habiter chez Madame à la somptueuse Villa Darkling et elle tombe sous le charme du mystérieux  George. Velvet, naïve et comme envoûté par Madame Savoya et George. Elle  croit aveuglément, dur comme fer aux talents de médium de son employeuse. Pourtant, elle va découvrir que « les esprits ont parfois besoin d'un coup de main ». 

Un roman jeunesse palpitant, j'ai beaucoup apprécié cette lecture. Selon moi, j'ai trouvé ce roman suppérieur à Waterloo Necropolis. Mais, quelle belle surprise cette auteure jeunesse !!!!

ESTHER HAUTZIG : La steppe infinie et Une photo de grand-mère

Traduit par Viviane de Dion

Une histoire poignante que je n'ai pas lâchée. Esther Rudomin avait dix ans quand sa vie bascula. Elle a mené une heureuse dans la ville polonaise de Wilno entourée de sa famille. En 1939, les Russes occupèrent Wilno,  les allemands envahirent la Pologne. Mais un matin de juin 1941 deux soldats russes, baïonnette au canon, se présentèrent. Esther, ses parents et sa grand mère se retrouvent en Sibérie pour mener une vie très dur à l'opposé de la vie insouciante de Wilno en Pologne.  Cet exil  va durer cinq ans. 
J'ai pris énormément de plaisir à lire ce roman. Il nous transporte dans un pays méconnu, que l'on ne rencontre pas souvent en littérature la Sibérie. Esther est une jeune fille attachante, le lecteur est avec elle, partage avec elle ses joies, ses craintes et ses pleurs. Un magnifique témoignage plein de vie que j'ai très envie de partager car il est tout simplement passionnant ! Cécile partage avec moi ce coup de cœur


Une photo de grand-mère

Traduit par Hélène Misserly
La famille de Sara vient de recevoir une lettre de Benjamin, l'oncle d'Amérique. Lorsque sa mère ouvre la lettre, Sara n'ose y croire : Benjamin invite sa mère et sa grand-mère Hanna à l'Exposition universelle de New York. Ce qui intrigue Sarah, c'est que son oncle réclame une photo de grand-mère en chemisier à jabot ornée d'un camée monté en broche. Cette photo-là, Sara est persuadée de ne l'avoir jamais vue à la maison.  Pourquoi tant de mystères ? En décidant de mener l'enquête, Sara ne se doute pas un seul instant qu'elle va découvrir un vrai secret de famille de taille. 
Sarah est une jeune fille buté, elle veut savoir à tout pris la vérité. En lisant cette histoire j'ai repensé au très beau film d'Arnaud Desplechin : L'aimée.

lundi 19 septembre 2016

Isabelle Duquesnoy : Constance fiancée de Mozart (Vienne 1781-1783)

 Grâce à ce titre de la collection "Nom Histoire" nous (lecteurs) allons découvrir qui est cette Constance. Elle est la cousine  du compositeur Carl Maria Weber. Constance Weber vit à Vienne, et elle est la troisième fille , que des filles chez les Weber et quatre. Sa grande sœur Aloysia est devenue très célèbre, elle est cantatrice à l'Opéra de Vienne. La plus petite s'est Sophie qui rêve de devenir comédienne. Les quatre sœurs ont appris la musique, leur père se nommait  Fridolin Weber, il est décédé. Constance est orpheline de père. "En Autriche, chaque famille pratique l'art de la musique, sauf les domestiques et les paysans."
Wolfgang Mozart loue une chambre à  L'Œil de Dieu à Mme Cécilia Weber, une  femme pas commode du tout. Mozart est sous le charme et amoureux de Constance, leur relation amoureuse ne va pas être des plus facile. Déjà " Sophie marchait un peu en retrait pour nous laisser seuls, mais à Vienne, il n'est pas correct qu'une jeune fille se promène seule avec un monsieur du même âge qu'elle. On crie au scandale : la famille est aussitôt déshonorée et le jeune homme se trouve obligé d'épouser la jeune fille."
Voici la déclaration de Mozart : 
" Et Wolfgang chante : " C'est donc ici que je te verrai. 
Constance, toi qui es mon bonheur. 
Ô ciel, entendu ma requête,  
Redonne la tranquillité à mon cœur."

Constance fait connaissance de la sœur de Mozart Nannerl qui ne l'aimera pas vraiment, c'est la haine entre elle. " Et Nannerl, sera-t-elle mon alliée ?... Je crains qu'à cause de son propre mariage raté, elle ne s'amuse faire chavirer le nôtre."
J'ai découvert la connaissance de Nannerl l'année dernière grâce au très beau film de René Féret. Son mariage est un véritable conte de fée !
Mozart meurt à l'âge de trente-cinq ans , Constance devient veuve couverte de dettes, elle a vingt neuf ans . Elle se remarie plus tard avec un diplomate danois. Constance décède à l'âge de quatre-vingt ans.
Passionnant de découvrir cette Constance, j'en ai fait qu'une bouchée ! 
Cet ouvrage jeunesse est l'adaptation de cet ouvrage qui vient de sortir en poche. 

*******
Rajout du 7 avril 2012 :

Le 19 janvier 2012 est sortie au édition point une version adulte de ce journal fictif  sous le titre suivant "Les confessions de Contanze Mozart" d'Isabelle Duquesnoy

ANNIE PIETRI : Les orangers de Versailles

Les orangers de Versailles est un excellent roman pour découvrir le quotidien à Versailles vue par le personnel de la marquise de Montespan. 
Je ne quitte pas Versailles dans mes lectures. Mais ce roman jeunesse se déroule sous Louis XIV. Marion est la fille d'un jardinier du château de Versailles. Elle est embauchée chez la marquise de Montespan comme servante. Cette dernière est la favorite de Louis XIV. Marion a le don de créer des parfums, son « nez » est exceptionnel il plaît à sa maîtresse. Marion va être plongée au cœur d'un drame contre la reine.
Roman jeunesse, aux multiples odeurs et saveurs, est très plaisant à lire. C'est un roman qui se dévore, il est passionnant, un régal pour un jeune lectorat tout simplement

dimanche 18 septembre 2016

MICHAEL MORPURGO : Cheval de guerre

Traduit par André Dupuis - Illustration François Place

 Le cheval de guerre est le premier roman de Michael Morpurgo. Il l'a écrit en 1982 
 "À peine âgé de six moi, j'étais un poulain efflanqué et tout en pattes, qui jamais ne s'était écarté de sa mère de plus de quelques mètres."
 Le narrateur est un cheval, il nous raconte sa vie Ses souvenirs les plus lointains remontent au jour où sa mère et lui ont été vendus et séparés pour toujours. Il a été acheté par un fermier alcoolique qui le maltraite. Heureusement, son  jeune fils âgé de 13 ans, Albert prend le poulain en affection. Albert l'appel Joey. Il lui apprend à labourer les champs. Un soir d'été,  la guerre  de 14/18 est déclarée contre l'Allemagne. Le père d'Albert se trouve dans l'obligation de  le vendre à l'armée britannique sans prévenir son fils.  Désormais, Joey appartient à l'armée e pour devenir cheval de cavalerie. Il va vivre l'horreur des combats auprès des Britaniques, des Français ou du côté des Allemands.  Joey fait la connaissance de Topthorn, un autre cheval aussi puissant que lui mais plus endurant. Ils sont faits prisonniers par les soldats allemands.  Le soir, ils sont confiés à un grand-père et sa petite-fille Emilie qui habitent une ferme.  Emilie s'occupe des deux chevaux avec affection. Ils redeviennent des bêtes de ferme. Mais un soir d'été, une colonne d'artillerie allemande fait escale à la ferme et le lendemain les soldats réquisitionnent les deux chevaux pour les atteler à un canon.  Les mauvais soins, la mauvaise nourriture, le froid, la pluie, la boue et le manque d'abri affaiblissent les chevaux de l'attelage. " Et, pour être honnête, c'était la vérité. C'était la boue qui nous tuait l'un après l'autre  ; la boue, le manque d'abri et le manque de nourriture." Les efforts demandés les épuisent, pour Joey les soldats, les paysans ou les vétérinaires ne sont pas des ennemis mais des hommes, chez qui il rencontre la méchanceté mais aussi la bonté. Il partage leurs souffrances et leurs peurs et sait leur donner de l'espoir . Joey va un jours se retrouvé dans un hôpital vétérinaire. Là, il est confié à un jeune soldat  c'est Albert. 
Michael Morpurgo démontre bien à travers ce roman jeunesse l'absurdité de la guerre. 
"-  Pourquoi ? ajouta-t-il . Pourquoi est -ce qu'il faut que cette guerre détruise n'importe quoi, détruise tout ce qui est bien, tout ce qui est beau ?"
C'est un roman intéressant bien sûr, mais en tant que lectrice adulte je ne suis pas très séduite par l'écriture de Michael Morpurgo que je trouve comme larmoyante. Trop de bons sentiments c'est assez exaspérants pour ma part.  Steven Spielberg vient d'adapter ce roman pour le cinéma sortie en France le 22 février 2012.
Voir billet chez Hérisson 


Le secret de Grand-Père

illustré par Michael Foreman - Traduit par Diane Ménard

" Mes parents n'ont jamais vraiment aimé la vie à la campagne. Alors que moi j'adore les vacances dans la vieille ferme de Grand-père."
C'est la suite du "Cheval de guerre", Joey est de retour à la ferme. Le petits fils d'Albert aime bien aller à la ferme passer ses vacances. Il entretien une bonne complicité avec son grand-père. Il va l'aider à réaliser ce fameux secret.
Tout comme "Cheval de guerre", le secret de grand-père est un petit roman qui ne me passionne pas trop. Et j'accroche vraiment pas avec cet auteur, j'arrive pas à être séduite par son écriture.